Omega Expert Aucun commentaire

Rapport d’expertise sécheresse à Montigny le Bretonneux 78180

Contexte :
Demande de notre client habitant un Pavillon isolé en mitoyenneté, situé en lotissement, comportant un rez-de-chaussée et 2 étages complets
Arrêté de Catastrophes Naturelles faisant l’objet de la présente déclaration : 30/09/2018

Interventions dans le cadre des précédents sinistres

Le pavillon de M. L a fait l’objet de travaux de reprise en sous-œuvre suite au sinistre SECHERESSE de 1997.
Ces travaux ont fait l’objet d’une indemnisation par l’assureur des anciens propriétaires M. et Mme R. Ces travaux ont consisté en la réalisation de longrines sous les semelles filantes existantes sous les murs de façade et de refend. Les dalles ont été refaites après les travaux en sous-œuvre.
Il est à noter que les travaux ont été réalisés sans étude de sol.
Il n’y a pas continuité entre les précédents arrêtés et celui du 18/09/2018 au titre duquel le sinistre a été déclaré.

Historique de l’achat du pavillon

M. L a acheté le pavillon en Septembre 2003. En Octobre 2003, M. L constate différentes fissures dans le pavillon. En Décembre 2003, ce dernier attaque en justice les anciens propriétaires, leur assureur et l’ensemble des parties prenantes à la sécheresse de 1997.

 

Opération d’expertise technique de notre cabinet Omga Expert

Propriété de l’assuré Topographie du terrain : Terrain plat (< à 10 %)
Terrain d’assise : Fondations ancrées dans le terrain naturel

Aucune reconnaissance de sol à ce jour
– Nota : la carte du BRGM concernant « l’aléa retrait-gonflement des argiles » précise que le sol est localement avec un aléa faible
Type de végétation :
– Existence de végétation (arbres et arbustes) avec un rapport h/d > 1
– Il n’y a pas corrélation entre les dommages et la proximité de la végétation
Collecte des eaux (pluviales, usées), alimentations fuyardes, non fuyardes :
– Eaux pluviales :
– Existence de collecte et d’évacuation des eaux pluviales de(s) toiture(s)
– Efficacité du système collecteur

Façade sur rue

Fissure verticale au coin gauche de la porte d’entrée. Existence d’un comblement effectué lors des travaux de reprise en sous œuvre en 2000. Cette fissure s’explique par le retrait du matériau de comblement mis en place lors de son séchage.

Dallages :

Tassement du dallage
Détail dallage : Fissure de désolidarisation entre le sol et la plinthe carrelée dans le séjour au droit du mur de façade sur rue
Carrelage refait en 2013 par M. L en le posant sur l’ancien carrelage existant Selon nous, il s’agit d’un affaissement de la dalle sur terreplein consécutif au tassement des terres de
remblai sous la dalle.
En effet, lors des travaux de sous-œuvre et de réfection de la dalle en 2000, le remblai n’a pas été
suffisamment compacté.

Ce phénomène se produit entre 15 et 20 ans après les travaux, ce qui correspond à la période observée par M. L.

Menuiseries

Blocage d’ouverture de la porte entrée. Problème de fermeture de la porte d’entrée. Gâche haute ne correspondait plus avec le penne haut
L’assuré déplacé la gâche vers l’extérieur du dormant. Existence d’un écart au milieu de la porte au niveau de la serrure
Le haut et le bas de la porte sont à fleur.

Ce désordre est consécutif à l’usage de la porte d’entrée.

 

Avis de notre expert sécheresse sur la classification du désordre

La déclaration de M. L situe l’apparition des désordres en Décembre 2017 soit hors de la période de l’arrêté.
De plus, l’ensemble des désordres constatés ne sont pas consécutifs à des mouvements différentiels du sol.
Nous en concluons que les désordres sont non imputables à la sécheresse.

L’usure  constatée ne nécessite pas une mise en observation du bâtiment ni d’une expertise sécheresse plus approfondie.

 

Omega Expert Aucun commentaire

Expertise sécheresse à Ezanville 95460

Notre cabinet d’expertise sécheresse a été contacté suite à des désordres liés à une pathologie de la construction. La commune d’Ezanville a retenue l’état de catastrophe naturelle mais les désordres sont apparus en dehors de la période visée par l’arrêté.

Description de la construction de l’habitation à Ezanville

L’habitation est située au centre sud de la commune d’Ézanville, dans une zone résidentielle urbaine, non administrée en copropriété ou ASL.
La nature des fondations de l’habitation n’est pas connue , et il n’a pas été possible de les reconnaître lors des opérations.
Les maçonneries d’infrastructures de l’habitation semblent réalisées en parpaings hourdés au mortier de ciment, revêtu en faces extérieures de maçonnerie de pierres de parements pour la partie hors sol.
Le plancher du rez-de-chaussée de l’habitation est réalisé en structure bois, qui selon nos constatations, semble fixée sur les structures de maçonneries d’infrastructures. La superstructure de l’habitation est réalisée par des panneaux préfabriqués en béton, enclavés dans une structure métallique porteuse. Suivant déclaration des assurés lors des opérations
d’expertise, des travaux de ravalement ont été réalisés antérieurement à 2009, avant l’acquisition de l’habitation par vos assurés.
Les panneaux de béton sont revêtus en face extérieure par un enduit peint.

Description de l’environnement

La propriété est accessible depuis la rue par une aire de circulation véhicule en gravillon et dalles de béton. La façade avant de l’habitation est longée par une aire de circulation piéton en opus maçonnés sur dalle béton. Les deux portes fenêtres d’entrée sont accessibles par un emmarchement également en opus maçonnés.
Les autres façades et pignon de l’habitation sont bordés par des massifs de plantations et aires engazonnées.
Topographie du terrain : Terrain plat (< à 10 %)
Terrain d’assise : Fondations ancrées dans le terrain naturel
Détail terrain d’assise : Suivant documents du BRGM, le terrain est composé de calcaire de NOISY, sable de monceau et gypse.

Type de végétation :
– Pas de végétation incriminable (h/d < 1)
– Il n’y a pas corrélation entre les dommages et la proximité de la végétation
Le pignon gauche de l’habitation est longé par une haie arbustive séparant la propriété de votre assuré de la propriété voisine. Cette haie d’environ 2 mètres de hauteur st située à près de 3 mètres du pignon.
Plusieurs arbres compose également la partie arrière de la propriété, et à plusieurs mètres de la façade arrière.
Collecte des eaux (pluviales, usées), alimentations fuyardes, non fuyardes :
– Eaux pluviales :
– Existence de collecte et d’évacuation des eaux pluviales de(s) toiture(s)
– Efficacité du système collecteur
– Détail eaux pluviales : Collecte des eaux pluviales sur réseau public
Les eaux pluviales des toitures de l’habitation sont canalisées en pieds de chutes par des réseaux enterrés, longeant le pignon gauche et se rejetant vers le réseau d’évacuation public sous voirie en partie avant de la propriété.
Les eaux usées de l’habitation semblent également raccordée par des réseaux enterrés vers le réseau d’assainissement public.
Eaux de ruissellement naturelles dirigées vers le terrain de la propriété et s’infiltrent par percolation naturelle.
– Inexistence d’un drainage
– Eaux usées raccordées au réseau public

Constats et relevé des fissures par notre expert en fissures

Initialement lors de l’acquisition de l’habitation en 2009, des fissures existaient déjà, mais des nouvelles seraient apparues.
Le propriétaire de l’habitation nous explique que les désordres se seraient aggravés courant 2019.

Façade Est – Avant sur rue :
Sur la façade avant de l’habitation, nous constatons différentes micros fissures de 1 à 3 mm en partie supérieure des portes fenêtres, fenêtre est également en allèges de la fenêtre d’une chambre. Ces désordres sont localisés de part et d’autre des linteaux des baies et de part et d’autre de l’allège de la fenêtre.
L’examen des fissures en linteau de la seconde porte fenêtre laisse apparaître un affaissement et une déformation des structures, empêchant aujourd’hui toutes manœuvre tant de la porte fenêtre en PVC que du volet battant en bois extérieur.
Seule les parties supérieures des structures apparaissent être affaissées au niveau de la porte fenêtre. Les emmarchement immédiatement adjacents ne présente que des fissurations, sans affaissement des structures en soubassement. Il est clairement visible que le panneau préfabriqué à la jonction entre le pignon gauche et la façade avant, s’affaisse sur lui-même, alors que la structure de soubassement reste horizontale, ce qui a pour effet de créer un phénomène de rotation du panneau, poussant les menuiseries en tête.

La déformation et les fissures constatées apparaissent être de nature structurelle, en l’absence de désordres en infrastructures.
L’origine exacte de ces désordres reste indéterminée à ce jour.

 

Vue générale et repérage des fissures à Ezanville

Vue générale et repérage des fissures à Ezanville

Constat de fissures sur le trottoir

Nous constatons différents désordres sur les emmarchements et trottoirs en opus maçonnés sur dalles béton longeant la façade avant de l’habitation. Nous constatons un décollement et des fissures sur les opus recouvrant le seuil de la porte fenêtre.
=> Ces désordres sont les conséquences de phénomènes de dilatations différentielles des matériaux hétérogènes.
Nous constatons que l’emmarchement d’accès aux deux portes fenêtre est fendu transversalement en partie central.
De légers affaissements sont constatés de part et d’autre de cet emmarchements, mais ceux-ci sont anciens. Les traces de peinture de ravalement le prouvent.
Selon toutes vraisemblances, ces emmarchements sont directement mis en œuvre sur le terrain naturel sans fondation particulière, et son en tout état de cause indépendant de l’habitation même.
=> Ces désordres sont les conséquences d’une défaut de réalisation de l’emmarchement ne disposant pas de fondations suffisantes.
Sur la partie trottoir, nous constatons de nombreuses fissures de plusieurs millimètres en différents emplacements, et particulièrement entre les joints et les opus.
=> Ces fissures et désordres trouvent leurs origines dans des phénomènes de dilatations différentielles entre les différents matériaux de différentes natures et dans une insuffisance de fondation du trottoir s’adaptant aux variations altimétrique saisonnières du terrain.

Décollement des opus en pierre sur l'appui de la porte fenêtre

Décollement des opus en pierre sur l’appui de la porte
fenêtre

 

Affaissement des planchers liés à une pathologie de la construction

Dans le séjour et les différentes pièces de l’habitation, nous constatons des phénomènes d’affaissement du plancher se matérialisant par d’importants espaces entre les pieds de cloisons et porte et les revêtements de sols.
Ces affaissement se matérialisent par des ondulations du plancher entre ce qui apparaît être des structures porteuses principales dans le vide sanitaire non accessible.
Un affaissement est constaté au droit même de la porte fenêtre aujourd’hui bloquée.
=> Ces affaissement sont les conséquences de l’affaiblissement pour des raisons aujourd’hui indéterminée, des structures bois formant le plancher du rez-de-chaussée.

Désordres liés à une pathologie de la construction

Désordres liés à une pathologie de la construction

Conclusion de notre expert cat nat sécheresse et fissures

L’expert de notre cabinet d’expertise sécheresse constate que les désordres déplorés sont sans aucune relation avec l’événement sécheresse objet de l’arrêté du 16 juillet 2019 portant sur la période du 1er octobre au 31 décembre 2018.
En effet, dans cette habitation les fissures étaient existantes dès 2009 date d’acquisition de l’habitation, et ne se seraient aggravées qu’en 2019.
Les désordres constatés sont les conséquences de mouvements structurels des superstructures de l’habitation, dont l’origine exacte n’a pas été recherchée, car n’entrant pas dans le champ de notre mission.

Omega Expert Aucun commentaire

Sinistre catastrophe naturelle : focus sur l’expertise sécheresse

La sécheresse est un sinistre fréquent qui survient sur les habitations. Dans le cas de la France par exemple, l’élévation des températures a favorisé la sécheresse expliquant la hausse des départements touchés par ce sinistre. Après la déclaration des autorités qui reconnaissent qu’il y a vraiment eu catastrophe naturelle, les sinistrés peuvent demander une indemnisation. Dans certains cas, le montant réclamé est très important ce qui fait qu’il y a souvent des discordes entre les sinistrés et leur compagnie d’assurance. Quelques éléments sont à connaître pour mieux cerner cette situation.

Avoir une couverture contre les catastrophes naturelles

En cas de sécheresse, des fissures apparaissent sur les murs causant des infiltrations d’eaux ou d’humidité à l’intérieur de l’habitation. À la longue, cette humidité et ces fissures risquent de fragiliser la fondation. Les travaux de réparation et de réhabilitations à la suite de ce type de sinistre sont onéreux, la raison pour laquelle il est toujours conseillé de se souscrire à une assurance comme celle couvrant les catastrophes naturelles ou encore une assurance multirisque habitation.

La déclaration de sécheresse et la demande d’indemnisation

Comme annoncé plus haut, le sinistré qui a eu recours à une assurance couvrant ce type de sinistre est en droit de demander une indemnisation pour les réparations nécessaires aux dommages qu’il a subis. Mais pour que cette demande soit recevable, il est nécessaire que la commune dans laquelle l’habitation est inscrite ait déclaré l’état de catastrophe naturelle. Sans ce décret ministériel, le sinistré ne pourra pas formuler sa demande et constituer son dossier.

Dans le cas où l’arrêté interministériel est adopté et publié, l’intéressé peut déclarer qu’il est victime de sécheresse et monter son dossier pour demander une indemnisation.

Il est nécessaire de préciser que dans le cadre d’une indemnisation sécheresse, la garantie couvre certains dommages, dont ceux rattachés directement aux bâtiments. Ensuite, la compagnie d’assurance se charge des frais d’études engagés pour remettre les biens couverts par l’assurance en état. Sont également pris en charge, les fondations, les murs de soutènement et les murs de clôture. La garantie peut bien évidemment s’étendre sur d’autres éléments comme le matériel à l’extérieur de la maison par exemple, selon le contrat.

Cependant, quelques éléments sont exclus de l’indemnisation. Il s’agit entre autres des frais de déplacement et les pertes comme celui de l’usage, de loyer et les pertes indirectes. Si le sinistré souhaite recourir au service d’un expert d’assuré comme notre cabinet Omega Expert, les honoraires de ce dernier sont à sa charge.

Les dommages subis par les arbres et plantes ou le terrain sont également exclus sauf si le sinistré a demandé une extension de garantie auprès de sa compagnie d’assurance.

En outre, pour ce qui est des démarches, il est nécessaire pour le propriétaire dès lors qu’il a constaté le sinistre (et après que celui-ci soit déclaré par le gouvernement), de le déclarer. Il a alors jusqu’à 10 jours pour faire cette démarche de déclaration de sécheresse. Par la même occasion, il doit remettre à l’assurance l’estimation des dommages. Quand les dossiers seront remis à l’assurance, un expert d’assurance est envoyé chez le sinistré pour constater les dommages et évaluer l’étendue des dégâts pour permettre ensuite à l’assureur de proposer une indemnisation.

L’expertise sécheresse réalisée par un professionnel a pour objectif, de diagnostiquer les désordres et d’en connaître les causes. Ensuite, ils évaluent l’étendue des réparations indispensables pour la remise en état des lieux avec les détails des travaux.

Quand contester le rapport d’expertise sécheresse ?

L’assurance envoie généralement un expert indépendant pour évaluer la situation auprès du sinistré, c’est à partir de cette évaluation que sera fixé le montant de l’indemnisation proposée par l’assurance. Il arrive que le sinistré ne soit pas satisfait du résultat qu’il pense incomplet ou réalisé de manière non objective. Notez qu’il est en droit de contester ce résultat d’expertise en demandant une contre-expertise. Dans ce cas, le sinistré est invité à notifier son assureur de son désir de faire une contre-expertise pour x raisons. La date prévue, la contre-expertise se fera en présence de l’expert d’assurance et de l’expert d’assuré. Ce dernier fera à son tour les évaluations des dégâts.

Les honoraires de l’expert d’assuré ainsi que les frais engagés seront bien entendu à la charge du client, sauf si le contrat d’assurance inclut la prise en charge de cette démarche.

Deux situations peuvent se présenter à l’issue de cette deuxième expertise. Le premier cas est que les expertises des deux experts sont similaires. Si tel est le cas, le client doit s’y conformer. Cependant, il arrive que les avis des deux experts soient contradictoires et que celui de l’expert d’assuré soit plus favorable au client.  Dans une telle situation, la compagnie d’assurance peut proposer un nouveau montant plus favorable à son client. Celui-ci peut accepter ou refuser l’offre. Ensuite, il arrive également que l’assureur accepte d’indemniser son client selon le montant donné dans le rapport de l’expert d’assuré. Enfin, si les deux parties restent en désaccord, l’intervention d’un troisième expert : « l’expert judiciaire » est nécessaire. À son tour de faire l’expertise et de comparer les deux rapports précédents. L’objectif de cette intervention est de définir quel rapport est solvable.

Les frais de cette ultime intervention sont partagés à parts égales entre l’assurance et le sinistré.

Un expert d’assuré : rôle et attributions

L’expert d’assuré, comme Omega Expert, est le professionnel qu’il faut joindre dans le cas où le sinistré n’est pas satisfait du rapport d’expertise effectué par l’expert d’assurance. Notre rôle en tant qu’expert d’assuré est en effet de réaliser une contre-expertise des dégâts afin que le sinistré soit indemnisé à la hauteur des dommages subits.

En outre, un expert d’assuré se doit d’être aux côtés de l’assuré pour défendre ses intérêts. Dans la majorité des cas, la rémunération de ce professionnel se fait en fonction du montant de l’indemnisation perçue par son client, la moyenne étant un pourcentage situé entre 5 % à 15 %.

À la différence de l’expert d’assureur choisi par la compagnie d’assurance, l’expert d’assuré est désigné par le sinistré lui-même pour que l’expertise soit juste et partiale.